Des documents prouvent qu’Angela Merkel est derrière le pacte des Nations Unies sur la migration

Des documents internes du ministère fédéral des Affaires étrangères allemand révèlent que le gouvernement d’Angela Merkel a été le principal cerveau du pacte controversé des Nations Unies sur les migrants .

Le document, décrit par le député Petr Bystron de l’Alternative populiste pour l’Allemagne (AfD), révèle que le ministère fédéral des Affaires étrangères est derrière le Pacte des Nations Unies pour les migrants, affirmant travailler sur cet accord depuis 2016 (…) qui même s’il n’est pas juridiquement contraignant, a été conçu pour être «politiquement contraignants».

Le professeur belge de droit international Pierre d’Argent, a expliqué que l’accord établissait un «cadre juridique» pouvant être utilisé par les avocats pour interpréter le sens du droit. «… On peut imaginer que dans certains cas, devant des juridictions internationales, les avocats utilisent ce pacte comme un outil de référence pour tenter de les guider» a déclaré Pierre d’Argent.

Alexander Gauland, co-dirigeant du parti populiste allemand AfD a déclaré à Breitbart London : «Il devient de plus en plus évident que le gouvernement allemand essayait de tromper le public et qu’il le fait toujours. Il tente de légaliser rétroactivement l’ouverture illégale des frontières de Merkel depuis 2015. Si l’AfD n’avait pas soulevé le sujet du Pacte mondial, personne ne l’aurait su avant qu’il ne soit trop tard.  »

«Nous découvrons maintenant que ce contrat est en préparation depuis longtemps, et à l’initiative de l’Allemagne, pas moins. Cependant, les responsables n’ont jamais pris la peine de le mentionner. Pour une bonne raison. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter cette catastrophe imminente » a-t-il poursuivi.

Les États-Unis, l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, Israël, l’Australie, la République tchèque, l’Italie, la Slovaquie et d’autres se sont retirés et ne signeront pas le pacte.

«Nous ne sommes responsables qu’envers la population autrichienne en tant que responsables gouvernementaux. La souveraineté autrichienne a pour nous une priorité absolue, elle doit être préservée et protégée  » a déclaré le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache à propos du retrait du pacte.

Source : Voice of Europe

Publicités


Catégories :Allemagne

%d blogueurs aiment cette page :