« A la soupe ! »

La petite phrase du président américain, Donald Trump, à peine arrivé sur le sol français pour les commémorations du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, aura eu le mérite de démontrer une nouvelle fois le degré de désinformation dont les Français sont victimes de la part de leurs médias. Le président américain a tweeté la prhase suivante : « Le président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Très insultant mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN que les Etats-Unis subventionnent largement ! ».

Depuis l’annonce de ce tweet nous avons droit à une désinformation massive de la part d’une grande partie des médias français. Ceux-ci tentent de nous faire croire que ce tweet prouve que le président américain s’oppose à la création d’une armée européenne et à la souveraineté de l’Europe et qu’il déforme la parole d’Emmanuel Macron. Juste trois exemples qui ne sont pas, hélas, exhaustifs.

Dans un tweet grossier le journaliste de Libération, Jean Quatremer, laisse entendre que l’affirmation de Donald Trump n’a aucun sens.

Jean-Bernard Cadier, correspondant de BFMT-TV à Washington dit carrément que Donald Trump ment.

Même mensonge, sur la même chaîne, du journaliste Ulysse Gosset :

Dans cette même vidéo, vous pouvez cependant entendre les propos du président français. La démence sénile, n’en déplaise à Jean Quatremer, c’est la négation de la vérité. Emmanuel Macron a bien déclaré à propos de la création d’une armée européenne qu’il faut «nous protéger à l’égard de la Chine, de la Russie et même des États-Unis». Donald Trump est donc en droit de trouver cela insultant. Il est hallucinant de voir tous les apologistes de Macron tordre la réalité. Il est également intéressant de noter qu’il aura fallut l’intervention de Trump pour prendre connaissance de l’ensemble de la phrase de Macron puisque les médias français s’étaient jusque là uniquement focalisés sur la Russie oubliant de mentionner la Chine et les Etats-Unis trahissant ainsi leur obsession contre Moscou.

Le problème n’est pas de savoir si les Européens doivent se protéger des Etats-Unis. Bien entendu qu’ils doivent le faire. Bien entendu qu’il faut une armée européenne et que notre continent affirme son indépendance, sa souveraineté et ses intérêts diplomatiques et stratégiques. Mais pour taper sur Donald Trump tous les moyens semblent légitimes. La manipulation, le mensonge et… la perte de mémoire. Car les mêmes qui viennent prétendre aujourd’hui que Donald Trump s’opposerait à une Europe de la défense et à la souveraineté européenne déploraient à son arrivé à la Maison Blanche qu’il veuille retirer une partie des troupes américaines en Europe et exige des Européens qu’ils assument davantage leur sécurité. On agitait alors la peur de voir les Etats-Unis ne plus assumer leur rôle de protecteur au sein de l’OTAN. LES MÊMES !!!

Récemment les médias français se sont offusqués que l’accréditation d’un journaliste de CNN à la Maison Blanche lui soit retirée après un incident avec le président. Pourtant, ces amoureux de la liberté d’information n’ont pas élevé la moindre protestation lorsque l’Elysée a fait de même en retirant l’accréditation aux journalistes de Sputnik news et de Russia Today. Si BFMTV partage avec CNN son amour pour les fake News une différence fondamentale existe cependant. On ne pourra pas reprocher à la chaîne française à la différence de sa consœur américaine de ne pas servir la soupe a l’hôte de l’Élysee.

Laurent Dayona

NDLR : Jean-Bernard Cadier affirme que Donald Trump est prêt à attaquer l’opposition en lançant des enquêtes au Sénat. Fake news. Donald Trump a simplement déclaré que SI l’opposition voulait lancer des enquêtes contre lui à partir de la Chambre des Représentants, comme elle s’est dit prête à le faire lors de la campagne électorale, alors les Républicains pourraient faire la même chose à partir du Sénat en affirmant que si les Démocrates veulent jouer à ce petit jeu « alors on sera deux ». Ce qui n’est pas tout à fait la même chose…

NDLR bis : Notons que la presse étrangère n’est pas sur la ligne de la presse française. Elle cite les propos d’Emmanuel Macron contrairement aux médias français (RTL infos et Russia Today).

Publicités


Catégories :France

%d blogueurs aiment cette page :