Allemagne : Chemnitz ou la défaite de la propagande des européistes cosmopolites

Les protestataires de Chemnitz, pardon, les « nazis », au-delà de leur courageuse mobilisation pour exprimer leur légitime colère et ras-le-bol des conséquences néfastes de la vague migratoire imposée par Angela Merkel, auront également eu l’immense mérite de torpiller les affirmations grotesques de nombreux médias dont la mission n’était pas de rendre compte des événements dans cette ville de Saxe mais de salir les manifestants qui allaient à l’encontre de la doxa officielle sur l’immigration. Il y aura un avant et un après Chemnitz. Cette ville de Saxe restera comme le lieu où la propagande des européistes cosmopolites aura enregistré sa première défaite majeure.

Je ne reviendrai pas sur les accusations délirantes de nazisme adressées aux personnes exprimant une saine colère (ici) et qui ne prennent plus auprès de la population. Il faudra désormais trouver autre chose car la parole s’est libérée. Les protestataires de Chemnitz se sont débarrassés de la peur, des mensonges, de la stigmatisation et des amalgames véhiculés par les médias traditionnels. La vidéo que vous allez voir prouve ce que j’avance. On peut y voir des citoyens allemands en colère face à une journaliste de gauche à propos des « émeutes xénophobes ». Ils disent enfin tout haut ce qu’une grande partie des Allemands pensaient encore tout bas il n’y a pas si longtemps.

Nulle « extrême droite » ici. Simplement des citoyens ordinaires qui sont à bout et qui défendent leurs idées et leurs motivations. Encore impensable il y a peu dans un pays dans lequel 70 ans de culpabilisation sur la période nazie avait engendré une anesthésie de la population sur les questions liées à l’identité. Cette servitude appartient désormais au passé. D’autant plus que ces manifestants ne sont plus seuls. Ils peuvent désormais s’appuyer sur un parti politique puissant, l’AFD, qui n’hésite pas à faire exploser les bobards médiatiques. Sur son site internet l’AFD a publié une carte de l’Allemagne recensant l’ensemble des attaques au couteau commises depuis 2015 par des migrants. L’effet visuel est parlant n’est-ce-pas ?

Peu de chance que vous puissiez la voir sur vos chaînes d’information en continu. Elle a cependant le mérite de détruire le mythe véhiculé par nos médias selon lequel ces protestataires ne seraient victimes que d’un « sentiment d’insécurité » car la criminalité n’aurait pas augmenté du fait de la vague migratoire de 2015. Cela est totalement faux ((ici) mais bien mieux que des discours ou des rapports long et fastidieux, ce visuel frappant vient détruire cette affirmation mensongère en un clin d’oeil. Nouvelle défaite.

Mais d’ailleurs, les personnes assassinées sous les couteaux de migrants sont-elles vraiment des victimes ? Vous allez sans doute trouver cette question curieuse. Ben pas tant que ça. Voici ce que le correspondant du Figaro à Berlin a publié sur son compte twitter.

Pourquoi mettre des guillemets à «victimes» ? Faut-il voir dans ce mépris une nouvelle version de la « goutte d’eau (ici). Il serait bien que la rédaction du Figaro se penche un jour sur le recrutement de ses correspondants à l’étranger. Est-il nécessaire de les recruter dans les milieux de gauche ou d’extrême gauche (ici) ? Il est sidérant de devoir constater que d’une façon générale le correspondant du Monde a globalement mieux traité les événements de Chemnitz que son homologue « conservateur ». Chemnitz c’est également la défaite d’une certaine « droite ».

D.B.

Publicités


Catégories :Allemagne

%d blogueurs aiment cette page :