Les (mauvais) génies de Bruxelles

Dans deux articles précédents (ici) et (ici) j’avais dénoncé la soumission de l’Union européenne face aux sanctions unilatérales des Etats-Unis à l’encontre des entreprises européennes qui voudraient poursuivre leurs relations commerciales avec l’Iran après la décision de la Maison Blanche de déchirer l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Des entreprises françaises qui ne veulent pas voir se fermer le marché américain ont rapidement fait leur choix comme Total et Peugeot en se retirant du marché iranien.

Qu’à cela ne tienne… Les génies de Bruxelles ont la parade. La Commission de Bruxelles a décidé de réactiver sa « loi de blocage » de 1996, jamais appliquée, qui interdit aux entreprises européennes de se plier aux exigences américaines. Et « Le Monde » de préciser : « Les nouvelles dispositions interdisent en fait aux entreprises européennes de se conformer aux sanctions américaines, jugées illégales en droit international car elles aboutiraient à dicter leur ligne de conduite à des opérateurs économiques qui n’ont pas à être soumis à des lois américaines ». Super, enfin une riposte digne de ce nom. L’Europe a enfin décidé de montrer ses muscles et de ne pas se laisser marcher sur les pieds. Las… Accrochez-vous, car ce que vous allez lire n’est pas tiré du site parodique « Le Gorafi » bien que cela y ressemble.

En effet, cette loi prévoit que les entreprises européennes qui décideraient de se soumettre aux lois américaines seraient frappées de pénalités fixées par chaque Etat membre à la fois « dissuasives et proportionnées ». Autrement dit, les entreprises européennes ont donc le choix entre : perdre l’accès au gigantesque marché des Etats-Unis ou d’être frappées par des pénalités financières imposées par l’Union européenne. Alors là je dis bravo ! Cla-clap-clap… Comme le dit le quotidien « Présent » : en somme, ce sont les victimes de l’impéritie et de la lâcheté bruxelloise qui seront punies. On voudrait dégoûter les peuples et les entreprises de l’Union européenne qu’on ne s’y prendrait pas autrement ». Aux dernières nouvelles des témoins affirment avoir vu un homme roux s’esclaffer de rire dans un bureau ovale quelque part à Washington…

D.B.

Publicités


Catégories :Union européenne

%d blogueurs aiment cette page :