Une librairie c’est sacré !

Il y a une semaine c’est produit un événement lamentable. La librairie londonienne « Bookmarks » a fait l’objet d’une attaque de la part d’imbéciles provenant de nos rangs. Une douzaine d’individus, dont des membres du parti UKIP, ont pénétré dans le magasin pour saccager les lieux, renverser les présentoirs et jeter des livres. Cette librairie est un lieu de rendez-vous de la gauche britannique. Cela ne saurait excuser quoi que ce soit. Une librairie c’est un endroit sacré. C’est un lieu de culture, d’échange, de débat, de liberté. On n’attaque pas une librairie. C’est vil, c’est laid, c’est lâche, c’est idiot.

On est en droit de considérer qu’une librairie contrevient à la loi. Ainsi, lorsqu’un établissement comme la FNAC vend des livres professant le djihad il est légitime de s’en offusquer et de vouloir mettre fin à cette situation inadmissible. Mais dans ce cas il convient de poursuivre en justice. On peut également boycotter l’enseigne etc…, etc… Mais rien ne peut justifier un comportement comme celui vu à Londres. D’autant plus qu’à la bêtise de l’acte est venu s’ajouter l’inculture crasse. Comme le raconte Le Figaro : « Attrapant l’ouvrage Posh Boys, de Robert Verkaik, le groupe accuse les libraires de pédophilie. Si le nom de l’ouvrage contient bien le mot garçon, il parle cependant de la jeunesse dorée anglaise, qui étudie dans les meilleures écoles du pays et qui continue de diriger le pays. Il en va de même pour l’ouvrage d’Abraham Leon La Question juive. Les assaillants se saisissent d’un exemplaire et le jettent à terre. Se fiant uniquement à son titre, ils y voient une preuve de l’antisémitisme de la gauche anglaise, dans la lignée des déclarations ambiguës de Jeremy Corbyn, le chef de file des travaillistes. Ils ne savent pas que son auteur est mort à Auschwitz ». Sans commentaire…

Face à cette attaque la librairie a reçu le soutien de nombreuses personnalités de la culture et de la politique. Cela est bien normal. Je ne trouve rien à redire à cela. Sauf…, sauf que la défense d’une librairie ne saurait être à géométrie variable. A l’époque c’est bien le silence qui a recouvert l’attaque contre une librairie qualifiée d’extrême droite en 2013 à Paris. Aucune mobilisation, aucune solidarité. Je le répète, une librairie c’est sacré. Toutes les librairies. Il ne saurait y avoir d’indignation sélective à ce sujet.

D.B.

Publicités


Catégories :Royaume Uni

%d blogueurs aiment cette page :