Face aux tartuffes, notre heure sonnera bientôt

Ils n’ont honte de rien. Il paraîtrait que des pyromanes tenteraient d’éteindre le feu qu’ils ont consciemment allumé. Si, si. C’est ce que vous pouvez lire le plus sérieusement du monde dans vos quotidiens préférés. D’ailleurs, inutile de chercher la moindre critique à l’encontre de ces pyromanes et de leur politique. Vous n’en trouverez aucune. Ainsi, on apprend par Le Figaro que la chancelière allemande, Angela Merkel, est accueillie « ce samedi par le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, dans sa résidence de vacances sur la côte andalouse. Plus précisément, sur la Costa de la Luz, où un nombre croissant de migrants débarquent sur de petits bateaux, direction le nord de l’Europe, en particulier l’Allemagne. Une nouvelle route migratoire, au départ du Maroc, que la chancelière veut absolument fermer. » Qu’il est loin le temps où cette folle lançait en 2015 à la face de ses concitoyens qui s’alarmaient de la voir ouvrir les frontières à l’invasion migratoire : « Nous réussirons ».

Désormais, devant l’échec de sa politique suicidaire, ou plus exactement devant son extraordinaire réussite selon le point de vue choisi, elle tente par tous les moyens de se maintenir au pouvoir. Y compris en faisant machine arrière toute sur ce sujet. Ah, que ne ferait-elle pas pour goûter encore un peu aux privilèges du pouvoir qu’elle exerce si mal ? Bien entendu, il ne lui viendra jamais à l’esprit que la décence conduirait à ce qu’elle démissionne. Chez ces gens-là l’intérêt privé ne cède jamais la place à l’intérêt public. Et notre tartuffe en chef de rendre visite à une autre lumière européenne, l’usurpateur socialiste Pedro Sanchez (ici). Tout heureux d’arriver au pouvoir d’une façon aussi inattendue et aussi peu démocratique, notre ravi de la crèche s’est empressé d’appliquer son programme immigrationniste à la sauce d’Angela Merkel. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ou plus exactement la même folie engendrant la même catastrophe, voilà que l’Espagne se trouve débordée par l’arrivée des ingénieurs, des architectes, des amateurs de Victor Hugo et j’en passe…

Caramba, pour ces tartuffes il devient urgent d’agir car les vilains populistes pourraient profiter de leurs idioties. Car n’allez pas imaginer qu’ils se préoccupent de votre avenir, de celui de vos enfants ou de celui de la civilisation européenne. Non, la seule chose qui motive leur rétropédalage c’est, je cite encore Le Figaro, que «l’Allemagne, la France comme l’Espagne ont un intérêt commun face à la montée du populisme de droite en Europe : montrer qu’il est possible de réduire drastiquement l’immigration illégale sans porter atteinte au droit d’asile et aux valeurs humanitaires.» En attendant que ces imbéciles échouent dans leur quête du mouton à cinq pattes je vais paraphraser Serge Lama dans son spectacle sur Napoléon :

« Regardons-les ces pauvres tartuffes
Dilapider l’Europe, déshonorer l’Histoire
Regardons-les tous ces clowns dérisoires
Souillés de l’âme aux os
Regardons-les mais faisons bande à part
Notre heure sonnera… bientôt… »

D.B.

Publicités


Catégories :Allemagne, Espagne

%d blogueurs aiment cette page :