La trahison du gouvernement socialiste espagnol confirme que l’unique solution est européenne

Dans un précédent article (ici) j’avais expliqué pourquoi le nouveau gouvernement socialiste espagnol était illégitime et que son arrivée au pouvoir reposait sur une triple trahison. Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que les hordes de migrants et ceux qui organisent leur arrivée tirent les conclusions logiques de cette nouvelle situation politique dans la péninsule ibérique. Ils ont compris, à juste titre, qu’avec un tel gouvernement laxiste, pour ne pas dire complice, tout leur était permis. Y compris des actes de guerre.

Car ce qui s’est passé cette semaine dans l’enclave espagnole de Ceuta s’apparente bien à une attaque coordonnée. Jeudi 26 juillet, plus de 800 migrants africains ont lancé un assaut pour franchir la frontière qui sépare le Maroc de l’Espagne. 602 y sont parvenus au prix de méthodes extrêmement violentes contre les policiers espagnols. Selon l’association espagnole de gardes civils (AEGC), citée par l’AFP, les « assauts » de la barrière « sont tous violents », mais cette fois-ci, « une méthode qu’ils n’avaient jamais utilisée avant est apparue : la chaux vive ». Et de poursuivre : des migrants ont lancé « des récipients de plastique avec des excréments et de la chaux vive », et ont utilisé des « lance-flammes » improvisés avec des sprays enflammés. Des pierres et des bâtons complétaient l’arsenal. Ainsi, quinze agents ont été blessés, dont cinq qui ont dû être soignés à l’hôpital pour des brûlures au visage et aux bras.

Vous allez me dire que tout cela n’est pas bien grave. Lorsqu’on pénètre ainsi de force dans un pays en attaquant les forces de l’ordre la logique voudrait que ces envahisseurs soient arrêtés, emprisonnés, condamnés et expulsés. La bonne blague !!! Une fois sur le territoire espagnol, les migrants ont laissé éclaté leur joie. Ils se sont ensuite rendus tranquillement au centre de rétention de l’enclave où ils ont été accueillis. Avec ce gouvernement socialiste au pouvoir à Madrid ils savent qu’ils n’ont strictement rien à craindre. Ils seront légalisés et pourront se répandre dans le reste de l’Espagne ou ailleurs en Europe.

C’est toute l’Afrique qui a reçu le message. L’Espagne est devenue la nouvelle route empruntée par les migrants clandestins afro-musulmans pour le supposé eldorado européen. Et les scènes comme celle filmée ici se multiplient sur toutes les côtes du pays. L’Espagne devançant désormais l’Italie pour les arrivées des clandestins en provenance du continent noir.

La conclusion logique qu’il faut tirer de cette situation est qu’il n’existe pas de solutions nationales. Il est bon de tenir la Hongrie afin de fermer la route des Balkans. Il est important de tenir l’Italie ou l’Autriche pour fermer la route des Alpes. Mais tout cela ne sert à rien si un gouvernement espagnol préfère trahir la solidarité européenne au profit du déferlement migratoire. Une voie d’eau en remplace alors une autre. Dans ces conditions le problème est sans fin. Seule une victoire de nos idées à l’échelle du continent permettra de mettre fin à cette situation. Nous devons nous emparer des institutions européennes. Les consciences nationales doivent céder la place à une conscience identitaire à l’échelle du continent. Nous sommes une même civilisation. Nous sommes confrontés aux mêmes dangers mortels. Nous ne nous sauverons pas individuellement mais en faisant face en étant unis.

D.B.

Publicités


Catégories :Espagne

%d blogueurs aiment cette page :