(Vidéos) L’inquiétante radicalisation des communautés turques en Europe occidentale

Ce qui est énervant avec la réalité c’est qu’elle ne tient pas compte de la propagande. Et oui, c’est ainsi, les faits sont têtus. Nos médias ont beau nous seriner que la majorité des musulmans qui vivent en Europe occidentale sont modérés et parfaitement intégrés cela ne cadre pas vraiment avec ce que l’on peut observer. Lorsque les différentes diasporas sont appelées à voter pour les élections, qu’elles soient algériennes, marocaines, tunisiennes ou turques, elles se tournent toujours majoritairement vers les partis les plus islamistes. Les dernières élections législatives et présidentielles en Turquie n’ont pas fait exception à la règle.

Si l’on observe ce qui s’est passé dans les pays qui accueillent les plus grandes minorités turques au sein de l’Europe de l’Ouest on note, à l’exception notable du Royaume uni, une victoire écrasante pour Recep Tayyip Erdogan :

– Allemagne (2.700.000 Turcs) 65 % des voix pour Erdogan
– France (1.000.000) 63,9 % des voix pour Erdogan
– Pays-Bas (420.000) 72,8 % des voix pour Erdogan
– Royaume uni (300.000) 21,5 % des voix pour Erdogan
– Autriche (250.000) 72,1 % des voix pour Erdogan
– Belgique (160.000) 74,9 % des voix pour Erdogan
– Suisse (150.000) 37,9 % des voix pour Erdogan, ce dernier arrivant malgré tout en tête des six candidats à la présidentielle.

Erdogan arrive également en tête dans les communautés turques de Norvège, Suède ou du Danemark (entre 14.000 et 53.000 personnes).

Cela signifie que si ces communautés ont parfaitement intégré quelque chose, c’est malheureusement le discours sectaire du président turc qui avait déclaré en 2008 à Cologne : «L’assimilation est un crime contre l’humanité». Nous nous trouvons ainsi en présence d’un contexte communautaire explosif pour l’avenir. On a déjà pu observer ce que cela pouvait donner lorsqu’un journal français publiait une couverture qui ne plaisait pas aux partisans du président islamiste turc (ici). Ces populations radicalisées et instrumentalisées par le pouvoir turc représentent une véritable bombe à retardement pour nos valeurs, notre modèle de société et pour le « vivre ensemble ». En Allemagne, le résultat en faveur d’Erdogan a été si fort et les célébrations de la victoire d’Erdogan dans Berlin si bruyantes que cela a fait dire à l’ancien leader des Verts, Cem Özdemir (peu suspect de turcophobie), que « les Turcs d’Allemagne rejettent ainsi la démocratie libérale ». Et ce n’est pas l’indécente et provocatrice démonstration de force qui s’est déroulée dans la nuit de dimanche à lundi dans plusieurs villes françaises (photo d’illustration prise en plein Strasbourg) ou belges qui viendra contredire ce constat inquiétant.

D.B.

Source : Hurriyet

Publicités


Catégories :Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, France, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse, Union européenne

%d blogueurs aiment cette page :