Belgique : le ministre des migrations veut refouler les bateaux des migrants et soutien Matteo Salvini

« La réforme du règlement de Dublin est morte », a déclaré le secrétaire d’État belge à la Migration Theo Francken, au sortir de la partie informelle ce matin de la réunion des ministres de l’UE à Luxembourg consacrée à la réforme du système européen de la Migration. Les 28 devaient décider si un texte de compromis élaboré depuis le début de l’année par la présidence semestrielle bulgare pourrait servir de base de négociation et être transmise aux chefs d’État ou de gouvernement qui se réunissent en sommet fin juin (…)

« Pour ce qui est de la Belgique, nous serions d’accord de travailler sur base du texte de la présidence bulgare. Mais il faut aussi parler des frontières extérieures. » À ce sujet, Theo Francken a plaidé devant ses collègues pour le retour des « pushback », autrement dit des refoulements des bateaux chargés de migrants vers les côtes africaines. Le secrétaire d’État avait développé ses idées à ce sujet à son arrivée à la réunion ministérielle européenne, mettant en garde contre « le risque de la fin de l’UE et de la zone Schengen, si l’on ne résout pas maintenant la crise migratoire ». Pour ce faire, il faut d’abord « fermer toutes les portes », plutôt que de faire comme ce que l’Europe a fait depuis trois ans : « discuter de savoir qui on met dans quelle chambre dans la maison Europe. Mais l’important est que la porte de devant et de derrière soit fermée. » (…)

« (…) je plaide moi pour une approche australienne, où nous dirons Vous ne ferez pas de l’Europe votre maison. On stopperait l’immigration illégale, et on privilégierait les installations légales de vrais réfugiés à partir de camps de réfugiés, légalement et correctement. Et on pourrait faire plus, sans plus accepter des bateaux. Mais permettre plus d’accueil dans les régions, donner plus de moyens à l’UNHCR, faire un accord avec la Tunisie comme on l’a fait avec la Turquie, de façon à pouvoir renvoyer vers la Tunisie des migrants partis des côtes libyennes, car les ramener vers la Libye est difficile. Je plaide pour cette approche depuis des mois et vais continuer à le faire. Je suis convaincu que si toutes les portes étaient fermées, tous les pays seraient d’accord de preuve de plus de solidarité. »

Quant à la nouvelle position italienne, « je suis M. Salvini depuis des années, commente M. Francken. J’ai lu le chapitre sur la migration dans leur accord de gouvernement. Bon, c’est dur, mais en Belgique nous avons aussi un gouvernement de droite et une politique stricte. Selon moi, c’est bien s’ils cessent d’accepter des bateaux en Sicile et en Italie. (…) Nous devons cesser d’inciter au trafic et de laisser s’enrichir les mafias. Toutes les élections basculent vers la droite ! Regardez la Slovénie le week-end dernier. Certaines propositions [développées en Europe] sont très extrêmes, mais si l’Europe ne résout pas le problème de migration sur le fond, il n’y aura plus d’Union européenne ni de zone Schengen dans cinq ans. C’est aussi simple que cela. C’est maintenant qu’il faut le faire, ou cela ne réussira pas. La Belgique est prête au compromis. Nous avons été parmi les meilleurs pour aider la Grèce et l’Italie, participer aux réinstallations et aux relocalisations. Nous sommes un pays d’accueil, mais nous ne voulons plus d’immigration illégale. La population n’en veut plus. Nous disons comme les Italiens : Basta cosi ! Les Allemands et les Autrichiens disent la même chose que nous. »

Source : Le Soir

APPEL AUX DONS !

Vous pouvez nous soutenir dans notre nouvel aventure. Chaque don compte.

Soutenir Kahlenberg via le compte paypal de civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Belgique

%d blogueurs aiment cette page :