Bonnes nouvelles de la République tchèque

La réélection de Milos Zeman à la présidence de la République tchèque est une excellente nouvelle pour les européistes identitaires. Elle l’est en soi car elle constitue une très mauvaise nouvelle pour les mondialistes cosmopolites. Pour s’en convaincre, il suffit de lire la presse nationale et régionale française pour voir la manière dont est décrit le président tchèque. On souligne ainsi son penchant pour l’alcool. Le terme alcoolique revient même dans plusieurs de vos quotidiens. Pourtant, il me semble n’avoir jamais lu dans cette même presse que le président de la Commission européenne, le luxembourgeois Jean Claude Juncker, partageait le même amour immodéré de la bouteille ! Curieux n’est-ce pas ?

On y souligne également que Milos Zeman est pro-russe. L’insulte suprême dans les médias tenus par les mondialistes cosmopolites. Comme si il s’agissait d’un crime ! Cette même presse dit-elle du Premier ministre, Édouard Philippe, qu’il est pro-américain ? De l’ancien président français, François Hollande, comme du nouveau, Emmanuel Macron, qu’ils sont pro-américain ? Non. Jamais. Pourtant, tous les trois ont été désignés comme des Young Leaders respectivement en 1996 pour l’ancien président et en 2012 pour le couple exécutif. Or, le but des Young Leaders est clair. Jugez-en plutôt (1) :

« Créé en 1981, le programme Young Leaders est le programme phare de la French-American Foundation et continue de jouer un rôle clé dans l’approfondissement de la coopération entre la France et les Etats-Unis. Il rassemble aujourd’hui 400 dirigeants issus du monde de l’entreprise, de la haute fonction publique, de l’armée, des médias et de la recherche.

Processus de sélection

Chaque année, vingt français et américains âgés de 30 à 40 ans et appelés à jouer un rôle important dans les relations franco-américaines, sont sélectionnés par un jury en France et aux Etats-Unis. Les candidats retenus participent à deux séminaires de cinq jours chacun, sur deux années consécutives – alternativement en France et aux États-Unis – afin d’échanger sur les sujets d’intérêts communs aux deux pays et tisser des liens d’amitié durable. »

Il n’est pas évident que le président tchèque soit aussi engagé envers la Russie que ne le sont nos dirigeants actuels envers les Etats-Unis mais pourtant ils ne seront jamais qualifiés dans nos médias de pro-américain. Curieux n’est-ce pas ?

Mais peut-être qu’une partie de l’explication tient au fait que ceux qui écrivent dans nos médias sont également des pro-américains. Ainsi, dans Le Figaro du 29 janvier 2018, la journaliste Laure Mandeville qui rend compte de la victoire de Milos Zeman à l’élection présidentielle en se montrant très critique du personnage et de ses orientations politiques, est chercheur associé, pour les questions liées à l’Europe, d’un… think tank américain consacré aux relations internationales et qui se nomme Atlantic Council. Or, là aussi les but de ce think tank sont clairs. Jugez-en plutôt (2) :

Le Conseil de l’Atlantique encourage un leadership et un engagement constructifs dans les affaires internationales en s’appuyant sur le rôle central de la Communauté atlantique dans la résolution des problèmes mondiaux. Le Conseil fournit un forum essentiel pour naviguer les changements économiques et politiques dramatiques définissant le vingt et unième siècle en informant et galvanisant son réseau unique et influent de leaders globaux. À travers les articles que nous écrivons, les idées que nous générons et les communautés que nous construisons, le Conseil façonne les choix politiques et les stratégies pour créer un monde plus sûr et plus prospère.

CQFD. Et lorsque vous parcourez la liste des Young Leaders depuis 1981, ce qui frappe c’est le nombre impressionnant des journalistes, intellectuels ou philosophes qui inondent nos médias de leurs analyses : Bernard Guetta, Alain Minc, Guy Sorman, Jean-Marie Colombani, Christine Ockrent, Laurent Joffrin, Denis Olivennes, Emmanuel Chain, Yves de Kerdrel, Gaspar Koenig, Sophie de Closets etc…, etc… On comprend mieux pourquoi il est si difficile de lire dans nos journaux autre chose que ce nous pouvons lire actuellement.

Mais pour en revenir à l’information principale, il est logique que la victoire du président tchèque suscite la colère et l’inquiétude des mondialistes cosmopolites. Cette élection ne pourra que renforcer le groupe de Visegrad (République tchèque, Pologne, Hongrie, Slovaquie) auquel pourrait se joindre sous peu l’Autriche, et qui est constitué d’européistes identitaires qui ont à plusieurs reprises martelé leur refus d’accueillir des migrants, le danger civilisationnel que représente l’islamisation du continent européen et leur désir de maintenir l’homogénéité ethnique et religieuse de leurs pays respectifs. Un cauchemar pour les Young Leaders, les pro-américain et les mondialistes cosmopolites en général.

D.B.

Sources : – Young Leaders

Atlantic Council

Publicités


Catégories :Tchéquie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :